Renaissance de l’anatomie

Ce livre est le premier à se concentrer sur un paradoxe des images anatomiques de la Renaissance au 18e siècle : la mise en scène de squelettes et d’écorchés animés, bien que leur état suppose qu’ils ne soient plus en mesure de l’être. Cette approche met en lumière la profonde cohérence entre théorie de l’art et théorie de l’anatomie à la Renaissance. Elles se développent dans le même cadre de pensée : la rhétorique humaniste, elles sont déterminées par un concept philosophique dominant : le finalisme. Au finalisme scientifique correspond un finalisme esthétique et tous deux se complètent dans la conception des images anatomiques où ils se mêlent à un finalisme symbolique, d’ordre moral, eschatologique ou érotique. La mise en évidence d’une anatomie finaliste permet de distinguer l’émergence, à la fin du 17e siècle, d’une anatomie cartésienne. Elle renonce progressivement à la rhétorique finaliste de l’anatomie, elle fait abstraction de la vie et évacue progressivement toute connotation symbolique de l’image. Elle consacre ainsi la conception du corps comme objet de connaissance, déjà présente dans l’anatomie finaliste où, cependant, même disséqué, le corps ne cessait d’avoir une âme, d’être.
9782705692339
Téléchargez le communiqué de presse :
C.PRenaissance de l’anatomie
éditions Hermann
Trouvez-le ici